Le Projet

Introduction

Le Plan d’action européen pour la Forêt et les plans forestiers nationaux insistent sur le besoin de quantifier la valeur totale des forêts afin de mettre en place des mécanismes de compensation pour les biens et services non marchands et accentuer la coopération avec les pouvoirs publics.

Les biens et services non marchands jouent un rôle déterminant dans la vie économique des zones rurales méditerranéennes en soutenant la création d’emplois et la croissance future dans des secteurs en déclin croissant. Les systèmes de paiement pour les services environnementaux (PES ou MBI) représentent une vraie réponse pertinente au défi de la globalisation, à la perte de la rentabilité économique, et aux effets négatifs du changement climatique.

Si la reconnaissance est manifeste sur le plan scientifique, elle n’est pas encore bien intégrée au niveau administratif et réglementaire. Une partie des pouvoirs publics dans le bassin méditerranéen ont déjà fait des démarches en ce sens et ce projet a pour but de faciliter et d’étendre cette orientation.

La conception selon laquelle les ressources naturelles sont infinies et gratuites est tellement profondemment enracinée dans nos sociétés qu’une telle démarche nécessite des efforts de communication très importants de la part des administrations forestières et des différents acteurs vis à vis des pouvoirs législatifs et du grand public.

SylvaMED vise à démontrer que les « Paiements pour les services environnementaux » (PES ou MBI) sont envisageables et durables à la fois sur le plan environnemental et économique dans les zones rurales des pays méditerranéens, garantissant sur ces deux plans la conservation à long terme des ressources naturelles et des revenus complémentaires pour les populations locales.

Il a été conçu selon le principe d’un dialogue constant entre les administrations, les gestionnaires et propriétaires forestiers et les scientifiques afin de faire face au défi de l’avenir de la forêt méditerranéenne avec le support essentiel de la Conférence des propriétaires forestiers européens, l’Office National des Forêts et l’association Forêt Méditerranéenne.

Aire géographique concernée

Les partenaires de Sylva MED couvrent la majeure partie des zones forestières situées au nord du bassin méditerranéen, chacun étant responsable d’une thématique spécifique : protection et conservation de l’eau en France, production de biens non ligneux en Catalogne, la région de la Ligurie et son parc naturel, la côte slovène, limite nord de l’écosystème et de la biodiversité méditerranéens, et la Grèce, où la forêt joue un rôle déterminant dans le protection des sols et des villes.

Parmi les partenaires du projet, nous trouvons des administrations compétentes sur un plan régional dans le domaine des forêts publiques et privées et deux instituts de recherche forestière intégrés au niveau européen au sein de l’Institut Forestier Européen (EFI).

Les principales actions techniques

Les actions techniques principales tournent autour de quatre programmes de travail :

1. Etat de l’art : les outils innovants pour les pouvoirs publics dans les domaines de l’eau, des usages sociaux, des productions forestières non ligneuses et les services associés, les aspects réglementaires et législatifs et la valeur économique totale des espaces forestiers.

2. De la théorie à la pratique : réseau d’opérations pilotes locales

Installation d’un réseau de sites expérimentaux et de démonstration, tests locaux de mesures de conservation et de compensation, validation de modèles existants de Paiement pour services environnementaux (PES) et proposition d’adaptation et d’amélioration en lien avec le contexte local, animation, ouverture de pistes de travail pour accroître la sensibilisation et faciliter les transferts de connaissance et l’aspect pratique des modèles et organisation de séminaires de diffusion de connaissances.

3. Evolution et innovation des politiques publiques

Tables-rondes public/privé, analyse de la situation de toutes les parties prenantes face aux défis futurs, propositions et rédactions de mesures et de systèmes de compensation et de nouvelles propositions résultant des avancées du projet, à intégrer dans les dispositifs légaux et réglementaires.

4. Communication et diffusion

Plan de communication, Livre vert sur les biens communs environnementaux des forêts méditerranéennes, actions de sensibilisation tout au long du projet, diffusion d’informations, conférences.

  • Print this article!
  • Facebook
  • Twitter
  • Turn this article into a PDF!
  • RSS